Journée mondiale contre le cancer… Sentiment qui oscille entre la colère et la joie…

La solidarité, citation de Gide.

« La solidarité entre tous les citoyens d’un peuple reste assez mal établie, du moins en France, et peu sentie ; elle demeure chose abstraite ; et du reste, pour un grand nombre, existe réellement fort peu » (A. Gide, Journal)

Pour Gide en effet la solidarité est une idée moderne, il convient dés lors de prendre en compte cette modernité.

Pourquoi ce projet est un acte de solidarité ? Au nom de quoi devons-nous être solidaires les uns des autres ? Une telle interrogation peut a priori étonner. La solidarité nécessite-t-elle des justifications ? Non, sans doute, puisque dans la manichéenne hiérarchie des bonnes et des mauvaises valeurs, cette dernière est largement considérée comme l’une des meilleures, et à ce titre il peut paraître inutile, voire déplacé de s’interroger, d’en chercher le pourquoi. Est-il naturel pour les hommes de s’entraider ?

Si nombre de mesures et de lois sont adoptées, en France, pour favoriser la solidarité, celle-ci reste un concept problématique ; d’abord parce que sa définition n’est pas aisée ; et ensuite parce que si les Français se déclarent majoritairement prêts à tout pour la faire progresser, dans les faits, la France reste peu avancée sur ce terrain… Nombre d’enquêtes semblent ainsi révéler, de la part des Français, un attachement profond pour des valeurs telles que le respect mutuel, la tolérance, la générosité ou l’aspiration à plus de responsabilités ; mais l’observation des faits tend cependant à prouver que ces attitudes éprouvent des difficultés à se transformer en actes : le bénévolat, la participation à des associations sont nettement plus développés, par exemple, chez nos voisins néerlandais, allemands ou belges. Faut-il en conclure, à l’instar d’André Gide quelques décennies auparavant, qu’il s’agit là d’un problème d’attitude propre à la France, où l’individualisme aurait érodé les velléités de solidarité ? Qu’en est-il aujourd’hui de la solidarité dans la terre d’élection des droits de l’homme et de l’idéal républicain de fraternité ?

Sous l’influence de l’individualisme, ce courant de pensée qui a permis à l’homme d’accéder à son identité, les notions de liberté, de bonheur, de plaisir, se sont progressivement imposées à la conscience, au point d’entraîner l’individu à prendre de la distance à l’égard des exigences de la morale. Il a alors imaginé des façons de vivre lui permettant de profiter des avantages du confort de la vie matérielle, et des avancées techniques qui rendent souvent superflues la nécessaire compagnie de ses semblables. Séduit par sa liberté, l’homme a peut-être laissé en jachère le domaine de l’esprit pour se contenter d’une vie centrée sur lui-même, faite de joies faciles mais solitaires. L’indifférence, la solitude, l’égoïsme sont devenus les « fruits vénéneux » de cette évolution où le « chacun pour soi » a évincé progressivement le besoin naturel d’échanges et de partage.

Aujourd’hui, 4 février 2014, je parcours les réseaux sociaux, les différents post et quel est l’évènement du jour ? Les 10 ans de Facebook… C’est pourtant la journée mondiale contre le cancer et je ne vois rien sur le sujet. J’aurais espéré que ce jour là, nous soyons solidaires… J’aurais espéré…

Je rends hommage aux 217 participants de ce projet car ce que j’espère, c’est encore pour eux que je voudrais le réussir.

En ce jour de cette célébration mondiale, je vous présente vos trois premières mosaïques, trois photos, trois photographes prêts à donner de leur art pour cette cause… et grâce à vous, nous donnerons à ces trois clichés une autre vie, d’autres émotions, une nouvelle existence… Merci David, merci Rémy, merci Christophe… merci au 217 participants que je compte aujourd’hui. Ma célébration, c’est la solidarité de ces 220 personnes… J’ose remercier Facebook de me les avoir présenté…

David Krüger

david

Remy V

1Y0A0095

Christophe Le Sage

« En réfléchissant à la photographie que je souhaitais réaliser pour Montreznouslevotre, j’ai choisi tout d’abord d’orienter mon image vers un ton rose pastel avec une lumière très diffuse qui entoure le modèle. Mon but était non seulement de reprendre la couleur du ruban rose co-crée en 1992 par Evelyn H. Laude avec Self Magazine (que nous avons ajouté au rouge à lèvres sur la peau) mais aussi d’y ajouter un peu de douceur et de légèreté.
 
Ensuite, pour symboliser le fait que cette maladie touche des milliers de personnes anonymement, j’ai délibérément cassé mon cadrage en hauteur pour masquer une partie du visage. L’étoffe, elle, vient entourer, comme les amis entourent la personne qui est touchée. Les mains sont positionnées pour marquer le soutient des proches et de la famille.
 
Cette photo a été créée avec, dans mes pensées, l’image de ma meilleure amie Valérie S. touchée par ce fléau et qui se bat chaque jours. »
Christophe Le Sage
xxxxxx

marie-cancerdusein-signée

Merci à vous tous…

Capture d’écran 2014-02-04 à 15.27.58

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s